•  
  • Culture Coaticook
  • Société d'histoire
  • Pavillon des arts
  • Musée Beaulne
  • Harmonie
  • Coatic'Art
  • Bibliothèque
 
Entête

Le Courant

Automne 2011 | 13

Eugene Orson Baldwin

Baldwin Orson Eugene 1866-1939 La Ferme du Plateau de Coaticook a été bâtit en 1912, au 129, rue Morgan à Coaticook, Québec, par Eugène Baldwin. En 2012, la grange célébrera son centenaire. Biographie d’Eugene Baldwin Eugene Orson Baldwin est né à Barford le 1 juillet 1866. Il fut l’enfant unique d’Ozro O. Baldwin (1836-1911) et de Nancy J. Piper (1836-1903). Il étudia au Bishop's College à Lennoxville, Québec et enseigna un peu suite à ses études. Le 22 mai 1889, il épousa Alice Maria French (née en 1862), fille de John et Emma French, du comté de Compton. Eugène et Alice eurent un enfant, Blanche (1894-1912).

Eugene Baldwin occupa plusieurs emplois: douanier, électricien amateur, photographe, « gentleman-farmer », maire de Coaticook (1924 et 1925), écrivain et auteur. Il est mort le 22 août 1939 à Chatauqua, New York; le métier inscrit sur son certificat de décès était « marchand retraité ». En raison de ses pensées et habitudes inaccoutumées, sa famille le considérait un peu étrange. Néanmoins, en bonne compagnie, il était simplement perçu comme un homme excentrique. 1893 Quelques années avant que l’électricité soit la norme à Dixville, Eugene Baldwin, domicilié au 300, chemin Parker, avait de l'éclairage électrique grâce à l'énergie éolienne. Ailleurs à Dixville, toutes les autres maisons étaient éclairées par des lampes au kérosène. Imaginez ce que les habitants du village ont dit lorsqu’ils apprirent que la maison des Baldwin était éclairée à l'électricité! L'article qui suit a été publié par « The Montreal Witness » et, par la suite copié par le « New York Times », dans son numéro du 13 décembre 1893. Installation ingénieuse par un électricien canadien Eugene Baldwin, un électricien amateur, a installé environ 25 lampes-bougies à incandescence dans sa résidence à Dixville, Québec. Ces lampes seront alimentées par des piles, que M. Baldwin a fabriqué lui-même. Celles-ci seront branchées à une dynamo et une éolienne permettant au système de fonctionner presque automatiquement. M. Baldwin a érigé une tour de 58 pieds non loin de sa maison. Sur cette tour se trouve une roue en acier galvanisé qui est reliée à un axe vertical avec le système au sol. À la base de la tour il y a un cabanon de 14 pieds carrés dans lequel est placé le régulateur de la dynamo qui uniformise la tension électrique. Il est, en outre, un commutateur électromagnétique qui ouvre et ferme le circuit lorsque la dynamo risque d’arrêter si la tension est moins que le voltage des accumulateurs, ou bien, si la tension monte au-delà du voltage des accumulateurs au départ. Les piles de stockage sont conçues pour entreposer suffisamment d'électricité pour alimenter les lampes pendant trois ou quatre soirs, en cas d’absence de vent pour faire tourner la roue. 1912 1912 fut une année difficile dans la vie d'Eugène Baldwin. Le 7 janvier 1912 après avoir travaillé comme douanier pendant plusieurs années, l’agence des douanes canadiennes a émis un décret pour la résignation d'Eugène Baldwin de l’agence de Coaticook et M. Baldwin fut congédié. Ensuite, le 5 septembre 1912, sa jolie petite Blanche est soudainement décédée et fut enterrée au cimetière Mount Forest à Coaticook. Eugène et Alice n’accepteront jamais la mort de leur fille et ils se tournèrent rapidement vers le spiritualisme. Sur une note plus positive, cette même année fut marquée par la construction de la Ferme du Plateau

Construction de la Grange du Plateau

 

par M. Baldwin. Blanche Baldwin (1894-1912) Le journal local, The Coaticook Observer, imprima l'avis de décès de Blanche dans les nouvelles locales du 9 août 1912. Blanche, sa mère et son père avaient quitté la région en juin pour passer l'été en Europe. À Paris, Blanche attrapa la fièvre typhoïde et malgré que l’on pensait qu’elle s’en sortirait, elle est morte de manière inattendue. Blanche avait également étudié au Bishop's College à Lennoxville. Elle était inscrite en musique et son instrument de choix était le violon. Le Dominion College of Music de Toronto s’était affilié à Bishop's en 1895. Cette affiliation permit à Blanche de profiter d'une très bonne formation musicale. En 1911, elle avait reçu la médaille d'or du Dominion College en tant que violoniste. Elle a également reçu un certificat de perfection pour l'harmonie. Ces prix représentaient le plus grand honneur canadien pour le violon. Selon The Observer, Blanche possédait un talent musical exceptionnel et elle était une des violonistes les plus prometteuses. De plus, elle avait joué devant de grands publics à plusieurs reprises et elle était membre de l'orchestre symphonique de Sherbrooke. Spiritualisme Eugène et Alice ne se remettraient jamais de la mort de leur fille et ils se tourneront vers le spiritualisme dans l'espoir de maintenir un contact avec elle. Eugene Baldwin a déclaré dans sa biographie « Men of Today in the Eastern Townships », qu'il était un spiritiste. En fait, il a été membre d’une communauté de spiritistes, le Modern Spriritualist Movement, située à Lily Dale à Chatauqua, New York. Ce groupe croit en Dieu, mais pas dans la forme humaine. Les spiritistes croient que le corps physique meurt, mais l'esprit se rend à un autre niveau dans l’univers ou dans le monde des esprits. Ces esprits pouvaient communiquer avec les vivants par l’entremise de séances (en utilisant une boule de cristal) ou par l'intermédiaire de médiums ou autres procédés paranormaux. Cette religion était idéale pour Eugene Baldwin et sa femme qui acceptaient très difficilement la mort de Blanche. Tard dans sa vie, M. Baldwin passa beaucoup de temps parmi les membres de cette communauté à participer à différents événements paranormaux et à étudier d'autres façons de communiquer avec l'au-delà. Il s’intéressait particulièrement aux ondes radio. Ce qui le préoccupait surtout était les différentes fréquences radios qui produisaient des vibrations distinctes, une à faible fréquence et l’autre à ondes plus longues. Si ces points se rejoignaient, une personne serait-elle en mesure d’entendre les voix des esprits de leurs proches? Dans les annonces nécrologiques, Lily Dale écrit : « Spiritite de Lily Dale décède ». Deux jours plus tard, M. Eugene Baldwin fut enterré au cimetière Mount Forest à Coaticook. Ozro Baldwin Comment est-ce qu’Eugene Baldwin réussit-il à payer pour la construction de la ferme du Plateau? La réponse est simple : il hérita de son père. Ozro O. Baldwin avait été propriétaire d'un magasin, copropriétaire d'un moulin à farine et titulaire de deux scieries, en plus d'être un marchand de bois à Dixville. Il était aussi un homme politique renommé dans l'ancien comté de Stanstead. Ozro Baldwin avait servi en tant que maire de Dixville de1873 à 1878 et de Barford de 1885 à 1893. Il a représenté Stanstead à l'Assemblée législative du Québec de 1886 à 1890. En 1904, après la mort de sa femme en 1903, la famille déménagea à Coaticook où Ozro mourra sept ans plus tard, en 1911. Selon son annonce de décès dans le journal local, Ozro était un homme très riche, parmi les plus riches des Cantons de l'Est. Son fils, Eugene Orson Baldwin, était le seul héritier, et il irait tout perdre par une progression de mauvais investissements et décisions d’affaires et l’influence de gens peu scrupuleux qui prenaient avantage de son état. La Ferme du Plateau de Coaticook Cette grange construite en 1912 est une merveille à voir. Selon Matthew Farfan, à l’origine la grange mesurait 280 pieds (85,3 mètres) et sera plus tard agrandit à 340 pieds (103,6 mètres). À l'époque, elle était considérée comme le plus grand bâtiment du Commonwealth et logeait un des plus grands troupeaux de vaches Jersey au Canada.

Grange du Plaeau

 

La grange est composée de nombreuses fonctionnalités innovantes dont seize lucarnes (huit de chaque côté), sept coupoles en étain, et une décoration de feuilles d'érable très élaborée. Peut-être que ces feuilles d'érable représentaient l’anniversaire de M. Baldwin, le 1er Juillet, la fête du Canada. Apparemment, M. Baldwin trouvait cela amusant d’être né exactement un an jour pour jour avant la Confédération. M. Baldwin perdrait sa ferme à la faillite et en 1940 celle-ci fut achetée par Lauréat Lavoie. En 1992, une école d'agriculture a été ouverte dans les locaux de la grange, le Centre d'initiative en agriculture ou, le CIARC. En 1999, la grange a été désignée site historique assurant ainsi la valeur patrimoniale du bâtiment et la promotion de sa préservation pour les générations futures. Conclusion Ainsi se termine l’histoire d'Eugène Baldwin. Pour plus d'informations au sujet de la Ferme du Plateau, vous pouvez visiter les nombreux sites Web qui parlent de cette grange historique. Eugene Baldwin était-il vraiment aussi excentrique qu’il est venu à être représenté? Après beaucoup de recherche, je crois qu’il ne serait pas si hors des normes de notre société d'aujourd'hui. Certes, sa femme et lui auraient grandement profités d'une thérapie du deuil. Il est également fort possible qu’Eugene Orson Baldwin a était tout simplement ... un homme avant son temps. Susan Beaton Sources: Quebec Vital and Church Records (Drouin Collection, Ancestry on-line; Men of Today in the Eastern Townships, V.E. Morrill, Erastus G. Pierce, Sherbrooke Record Company, Publishers, 1917, pg. 96; Historic Places.ca, Grange de la Ferme du Plateau de Coaticook; Histoire de Coaticook (1818-1976), Roch Dandenault, Editions Sherbrooke, 1976, pg. 195; Obits on Ozro Baldwin, Blanche Baldwin, unknown newspaper clippings, E. Cushing; Lily Dale information, P. Beaton, Toronto; Archives of the New York Times on-line, Ingenious Arrangement by a Canadian Electician; Federal Secessional papers on-line for 1912; produits de la ferme.com/ciarc; Townships Heritage WebMagazine, Townships Oddities and Extremes, Matthew Farfan, Eugene Baldwin's Long Barn.

Le Courant

Le Courant est publié par la Société une fois par année. Membres de la société, historiens professionnels et amateurs partagent avec les lecteurs le fruit de leurs recherches. Les textes sont disponibles en français et en anglais. La publication de cette revue est rendue possible grâce au soutien de commanditaires locaux que nous remercions avec toute notre gratitude.


Société d'histoire de Coaticook

34, rue Main Est
Coaticook, Québec
819 849-1023
Courriel : info@societehistoirecoaticook.ca

Heures d'ouverture
Du mardi au vendredi :
10 h à 12 h
14 h à 16 h
ou sur rendez-vous.

Droits d'entrée : Aucuns


Dernière mise à jour :
26 mai 2017

Bases de données

Vous pouvez désormais effectuer une recherche de photos sur nos bases de données en ligne.

Vous pouvez maintenant également faire des recherches dans nos fonds et collections d'archives par le Portail des archives des Cantons-de-l'Est.

Collections

Journaux et photos du Progrès de Coaticook depuis 1950 • Collection du Coaticook Observer des années 1928 à 1938. • Collection de l'Etoile de l'Est de 1928 à 1938.

Services de recherche

Fonds d'archives • Conservation • Bibliothèque • Recherches en archives • Informations généalogiques

Merci à nos partenaires pour leur soutien financier