•  
  • Culture Coaticook
  • Société d'histoire
  • Pavillon des arts
  • Musée Beaulne
  • Harmonie
  • Coatic'Art
  • Bibliothèque
 
Entête

Le Courant

Automne 2004 | 06

Présence militaire dans la région au 19e siècle

Sylvain Landry

C'est à titre de passionné d'histoire militaire, que je vous propose un voyage dans le temps pour retracer les premiers balbutiements des unités militaires qui ont sillonné la région de Coaticook au cours des années 1800 jusqu'à la guerre des Boers en 1899.

L'histoire militaire de la région est évidemment associée au développement de la région des Cantons de l'Est et à l'histoire politique. Avec la démolition du manège militaire en 1975, peu de gens imaginent, aujourd'hui, le rôle stratégique qu'a joué la région de Coaticook au cours du 19e siècle pour défendre les limites territoriales du pays. Par sa position géographique et sa proximité de la frontière américaine, la région de Coaticook (Canton de Stanstead, Canton de Compton, Canton de Barnston) fût un endroit de prédilection pour l'invasion du territoire du Canada à une époque où les relations entre l'Angleterre et les États-Unis étaient plutôt belliqueuses.

Ainsi, en 1812, au début de la guerre entre l'Angleterre et les États-Unis, le Canada décide de construire le chemin Craig, reliant Québec à Hyatt's Mills (Sherbrooke), en passant par Shipton (Richmond) puis en développant des routes secondaires pour atteindre la frontière près de Stanstead. Ces constructions de route furent confiées au 49e régiment d'infanterie qui servait à la fois de défenseur du territoire en plus de développer un réseau routier pour faciliter le transport des troupes et du matériel aux endroits stratégiques en cas de besoin. En 1815, la construction du Chemin Hemming fût réalisée par le colonel Hériot pour relier les Cantons au port St-François de Sherbrooke. C'est ainsi que le 49e régiment a été selon toute vraisemblance, la première présence permanente d'une unité militaire de la Couronne dans notre région. Ce régiment est considéré comme l'ancêtre du 7e Hussards qui s'est fusionné en 1965 avec le régiment de Sherbrooke pour former le Sherbrooke Hussards que l'on connaît aujourd'hui. Au cours des années 1810-1820, le 49e régiment avait ses quartiers généraux dans la région de Compton avec des installations à Barnston et Stanstead. Ce régiment était constitué en majeure partie de militaires britanniques qui avaient combattu en Europe et à qui on avait offert des terres dans les Cantons de l'Est en échange de leur engagement militaire en sol canadien. Parallèlement, au 49e régiment qui relevait directement de la Couronne Britannique, une milice est formé dès 1803 par le Gouvernement canadien avec pour mission de supporter le 49e régiment d'infanterie en cas d'invasion du territoire. Cette milice, comme on en retrouvera plusieurs au pays, est constituée principalement de citoyens canadiens de langue anglophone et de loyalistes américains. Cette milice est dirigée par Sir John. Johnston et regroupe des résidents de l'ensemble des Cantons de l'est qui viennent s'entraîner dans la région de Coaticook et patrouiller le secteur de la frontière.

En 1855, la Grande Bretagne décide d'augmenter sa présence militaire dans sa colonie et principalement à la frontière en réaction aux relations tendues entre les États-Unis et la Grande-Bretagne durant la guerre civile américaine. Conséquemment, le Canada adopte une Loi sur la milice et la Grande-Bretagne envoie plusieurs milliers de soldats pour contrer l'invasion des Fenians qui sont d'anciens combattants américains d'origine irlandaise voulant obtenir l'indépendance de leur pays d'origine. Ces derniers effectuent plusieurs raids en territoire canadien entre 1866 et 1871 espérant ainsi prendre le Canada en otage pour obtenir l'indépendance de l'Irlande. Dans la région, le Gouvernement décida de créer une unité de cavalerie à Cookshire avec des unités indépendantes dans plusieurs localités dont Bury, Gould, Stanstead et Coaticook pour supporter les éléments d'infanterie déjà constitués.

En 1867, le 49e régiment d'infanterie devient le 58e bataillon de Compton réunissant les milices de huit compagnies indépendantes dont celle de Coaticook. Le bataillon est commandé par le lieutenant-colonel James H.Cook à partir de Cookshire. Toujours dans le contexte de l'invasion américaine des Fenians, des combats ont eu lieu à Island Pond et Stanstead du 10 au 30 avril 1870 mettant aux prises des éléments de cavalerie et d'infanterie de l'unité de Coaticook qui se signalèrent également pour repousser des unités américaines qui s'étaient aventurées dans le secteur de Baldwin. Malheureusement, je n'ai pas trouvé d'informations concernant le nombre de combattants impliqués et les pertes subies de chaque côté. Les notes historiques trouvées jusqu'à maintenant ne parlent pas d'opérations militaires de grande envergure comme celles de la région de Niagara en 1866 mais plutôt d'escarmouches entre de petits groupes de combattants.

En 1881, le Lieutenant-colonel F.M. Pope prend le commandement du bataillon et le 25 septembre 1888. le bataillon doit protéger la population et les habitations situées près de la frontière d'Hereford et d'East-Hereford, pendant la grève des employés de la société Hereford Railway. Le 8 mai 1900, le 58e bataillon d'infanterie devient le 58e régiment de Compton et les membres se portent volontaires pour servir dans le Royal Canadian Regiment en Afrique du Sud durant la guerre des Boers.

En conclusion, nous pouvons affirmer que le secteur de Coaticook fût le théâtre de manœuvres militaires significatives au cours des années 1800 avant même la création de la ville de Coaticook. La présence des militaires a certainement contribué à rassurer les colons qui sont graduellement venus s'établir dans la région de Coaticook. On peut également souligner la participation des premiers habitants de la région de Coaticook à la défense du Canada qui ont su contenir les différentes tentatives d'invasion du territoire.

Finalement, j'aimerais mentionner que je ne suis pas un historien de formation et je n'ai pas la prétention de connaître de façon détaillée et complète l'histoire militaire de notre région. Donc, j'invite ceux et celles qui ont des connaissances supplémentaires ou des documents à me contacter pour poursuivre cette première ébauche qui vise ultimement à tracer un portrait complet de l'histoire militaire de la région de Coaticook des années 1800 à aujourd'hui.

Le Courant

Le Courant est publié par la Société une fois par année. Membres de la société, historiens professionnels et amateurs partagent avec les lecteurs le fruit de leurs recherches. Les textes sont disponibles en français et en anglais. La publication de cette revue est rendue possible grâce au soutien de commanditaires locaux que nous remercions avec toute notre gratitude.


Société d'histoire de Coaticook

34, rue Main Est
Coaticook, Québec
819 849-1023
Courriel : info@societehistoirecoaticook.ca

Heures d'ouverture
Du mardi au vendredi :
10 h à 12 h
14 h à 16 h
ou sur rendez-vous.

Droits d'entrée : Aucuns


Dernière mise à jour :
24 novembre 2016

Bases de données

Vous pouvez désormais effectuer une recherche de photos sur nos bases de données en ligne.

Collections

23 000 photos provenant du Progrès de Coaticook • Collection du Coaticook Observer des années 1928 à 1938.(complet plus autres dates éparses) • Collection de l'Etoile de l'Est de 1928 à 1938 au complet plus autres copies éparses • Journal Le Progrès de Coaticook depuis 1950 • Nombre approximatif d'objets ou de spécimens dans la collection: 23000

Services de recherche

Nous pouvons retrouver des personnes ayant habité le territoire ou trouver l'origine de certaines maisons ou bâtiments • Fonds d'archives • Conservation ou restauration • Centre d'information • Bibliothèque • Autre: recherches de photos par thèmes ou d'articles de journaux • Informations généalogiques

 

Merci à nos partenaires pour leur soutien financier