•  
  • Culture Coaticook
  • Société d'histoire
  • Pavillon des arts
  • Musée Beaulne
  • Harmonie
  • Coatic'Art
  • Bibliothèque
 
Entête

Le Courant

Automne 2003 | 05

Coaticook Phoenix Gristmill

Donald Brown Hopkins

Le « Phoenix Gristmill » a fait partie du tissu commercial de Coaticook durant plus de 100 ans
Utilisé à ses débuts comme un moulin à moudre le blé pour terminer comme magasin de moulée, il était situé sur le côté ouest de la rivière Coaticook, entre la rue St Paul et l'usine de la Belding Corticelli sur ce qu'on appelait auparavant le chemin de Compton. Aujourd'hui, ce site est occupé par l'édifice abritant le commerce Electro¬Mecano au 539 rue Child. Ce secteur de la rivière, était sûrement le meilleur endroit pour harnacher ce cours d'eau et plusieurs moulins furent bâtis dans cette section de Coaticook à mesure que la population s'y établissait. Ces installations commerciales sur la rivière ainsi que les fermes et les opérations forestières de la région ont été la clef de la prospérité hâtive et continue de la communauté. La partie de la ville de Coaticook située dans la section nord-est du Canton de Barnston a été habitée plus tard que les cantons environnants de Compton et de Stanstead. Le terrain sur lequel le moulin Phoenix était bâti avait été cédé par actes légaux le 3 décembre 1810 et devait être retenu encore jusqu'en 1818 par Sir Richard Shore Milnes pour « settlement ». Richard Baldwin explorait alors ce secteur et en 1823, son fils Richard Baldwin Jr., le fondateur de Coaticook, bâti une maison sur le lot 27 du 2ieme Rang de Stanstead, à l'intérieur duquel se situe la ville de Coaticook.

En tenant compte des Baldwin's qui vivaient dans le secteur à ce moment, il est plus que probable que Levi Baldwin, frère de Richard Baldwin Jr., ait bâti le premier moulin sur ce site vers 1853. Durant les vingt prochaines années d'opérations du moulin, il y eu quelques explosions de poussière et quelques feux, ce qui étaient commun aux moulins durant cette période. Finalement, le moulin fut complètement détruit par le feu puis subséquemment rebâtit en 1874 par Robert G Trenholme et E.E. Tomkins. C'est à ce moment qu'on le nomma « Phoenix Gristmill », signifiant qu'il avait été rebâtit à partir des cendres du premier moulin.

La propriété du moulin incluait les droits d'eau sur environ 200 pieds de la rivière Coaticook jusqu'au prochain moulin situé en amont (sud), qui appartenait en 1870 à Johnson Taplin et ultérieurement en 1885 à Amos H. Cummings. Les droits d'eau permettaient une crue de 2 1/2 pieds sur les propriétés en amont (sud), ce qui prêtait à un potentiel de 10 pieds à la frontière nord. Les rives de la rivière Coaticook sont très abruptes à cet endroit et la bande de terrain entre la rivière et la rue Child était très étroite, ce qui eut pour résultat que le moulin était perché très haut au-dessus du barrage. On peut apercevoir l'endroit où se situait le « Phoenix Gristmill » clairement identifié sur un croquis nommé « Coaticook à Vol d'Oiseau, 1881 », dont une copie se trouve au Musée Beaulne. Considérant la hauteur du moulin au-dessus du niveau d'eau de la rivière et les pentes abruptes des rives, le mécanisme amenant le pouvoir au moulin est inconnu. Albert Gravel, dans Histoire de Coaticook, mentionne que Jonathan Taplin se servait d'une pièce de bois de 100 pieds de longueur, située entre la roue d'eau et son barrage pour actionner la dite roue. Il semble que cette méthode fut copiée pour le « Phoenix Mill ». Cependant, Théodore Hazen de « nd Lily Mill restorations », croit qu'on se serait plutôt servi de ceintures de câble ou de cuir pouvant transmettre jusqu'à 50 CV d'énergie.

Le moulin passe alors par une succession de propriétaires Trenholme à Isaac Boucher à Charles A. Wheeler puis à Wheeler Bros puis le 4 décembre 1885, à Louis H. Oliver de Sherbrooke pour la somme de $8400. En 1886, la propriété du moulin augmenta avec les acquisitions de portions de lots avoisinants appartenant à « Cascades Narrow Fabric Company ». Le 28 février 1889, Mé Olivier vend sa propriété à Alexandre L'Heureux, bourgeois, et Dame Philomène Dubuc, de la paroisse de St. Liboire, dans le Canton de Bagot, pour la somme de $7500. Il n'y avait sûrement pas assez de travail pour deux moulins dans la ville puisque L'Heureux et Samuel Cleveland prennent une entente en 1893 en vertu de laquelle Cleveland promet de fermer son moulin à Coaticook Nord et de ne plus opérer de moulin pour une période de 20 ans. M. L'Heureux décède par la suite et le 1 septembre 1896, Dame Philomène loue le moulin à Ai Tilden Hopkins pour une période de 2 mois. Ce dernier avait auparavant été propriétaire d'un moulin à Windsor Mills, Québec, sur la rivière Watapeka et avait récemment déménagé à Coaticook. Peu après, Philomène vend le moulin par encan pour régler la succession de feu son époux John H. Morgan présenta la plus haute soumission au montant de $4000. Deux ans plus tard, dans l'édition de 1898 du « Lowell's Business and Professional Directory, on mentionne que A. T. Hopkins est le propriétaire du Phoenix Flour Mill et vendeur de grain à Coaticook. Cependant, la transaction notariée indique qu’Ai Tilden, un meunier originaire de Windsor Mills, a acheté le moulin le 6 septembre 1899 de John H. Morgan pour la somme de $5500. (Environ $110,000 dollars d'aujourd'hui). Ai Tilden déboursa $2000 en signant le contrat d'achat et le reste consistait en une dette devant être payée en 7 versements annuels de $500. Plus des intérêts de 5%.

A ce moment, le moulin était équipé de rouleaux d'acier. Il était le seul à posséder cette technologie dans la région. Sa production était d'une capacité de 50 barils de grain par jour. Le moulin était bâtit sur le flanc de la colline et avait 4 ou 5 étages sur le côté le plus près de la rivière. Le côté du moulin donnant sur le chemin de Compton n'avait cependant qu'un étage. En présumant que les fondations étaient les mêmes que celle de l'édifice originale de 1874, le moulin avait une surface de 40 pieds par 45 pieds. Sa charpente était de bois et les côtés étaient recouverts de bardeaux.

Presqu'un an après avoir acheté le moulin, soit le 12 septembre 1900, Ai Tilden meurt, laissant sa veuve, née Jane McLean et 3 enfants, Florence, Ai Alexander et David Brown. Les deux frères, Ai Alexander, 21 ans et David Brown, 17 ans étaient incertains de vouloir continuer les opérations du moulin, préoccupés principalement par la dette que leur père avait contractée. Ils consultèrent un riche homme d'affaire, Fritz Lovell, et ce dernier les encouragea à continuer à opérer le moulin, offrant même de les aider s'ils avaient certaines difficultés. Ils opèrent le moulin sous le nom de « Hopkins Bros » et demeurent en affaire jusqu'en 1949. Au début, Ai Alexander « Allie » fait fonctionner seul le moulin pendant que son jeune frère David « Brown » travaille à temps partiel et termine ses études. On rapporte que durant les périodes creuses au moulin, les deux frères aimaient boxer et qu'ils étaient très habiles, particulièrement Allie qui était rapide et très agile. Pendant que les fermiers attendaient pour faire moudre leur grain, un combat de boxe entre les propriétaires et certains clients aidait à passer le temps. En 1926, la ville de Coaticook s'implique dans le développement hydroélectrique de la rivière Coaticook, marquant ainsi un jalon pour le futur du moulin.

La ville achète les droits d'eau de Hopkins Bros et consent à y fournir 50 CV d'électricité gratuitement pour une période de 50 ans et à fournir un moteur de 50 CV pour leur permettre de passer à l'électricité. Pendant ce temps, la Ville achète aussi les droits d'eau au Belding Corticelli et consent à leur fournir 150 CV de pouvoir électrique. Un nouveau barrage est construit en amont du Belding Corticelli et implique la construction d'un tunnel de 1700 pieds qui amènera l'eau aux turbines de la station génératrice au bas de la gorge. Le nouveau barrage augmente le niveau d'eau en amont and inonde le barrage Hopkins Bros.



Au tournant des années 40, il n'y avait plus de raison de continuer les opérations du moulin et le commerce était maintenant connu sous le nom de « Coaticook Feed Store ». Vue le changement de cap et les besoins réduits en énergie électrique, Hopkins Bros espère capitaliser sur ce qui reste de l'entente de 1926 avec la ville. En 1943, ils vendent leur droit de 50 CV d'électricité à J. W. Kilgour & Bros Ltd de Coaticook qui l'utilisera dans leur usine de chaises de la rue Union. Cependant, la ville refuse de fournir les 50 CV au site de Kilgour vu que la réserve est insuffisante pour répondre à la demande croissante de ses autres clients. Hopkins Bros et la ville de Coaticook vont en cour afin d'obtenir une décision sur le transfert du pouvoir électrique. La Cour Supérieure allègue que la ville doit fournir le pouvoir électrique à Kilgour Bros. Un appel subséquent logé en 1947 confirme le tout, mais spécifie que la livraison doit se faire au site de Hopkins Bros. Le 26 février 1949, la Cour Suprême du Canada n'acceptera plus d'arguments pour cette cause et décide que les deux parties devront partager les frais de cour. Le 20 juillet 1949, dans un document de rétrocession, Hopkins et Kilgour annulent formellement leur entente précédente. Durant les six années suivantes, on ne parvient pas à s'entendre avec la ville. Puis, le 3 mars 1953, le moulin est vendu à Guy Dion sous le nom de La Meunerie de Coaticook. M. Dion propose différentes alternatives à la ville au sujet de l'obligation par celle-ci de fournir l'électricité au moulin pour le reste des 23 ans. Suite à une revue de ces alternatives par les conseillers juridiques Gérin & Gérin, la ville obtient par décret, l'autorisation d'offrir un règlement de $10,000 à Hopkins Bros et M. Dion. Le 4 mai 1953, à la satisfaction de tous, les parties s'entendent sur la cession complète et finale de l'obligation de fournir le reste de l'électricité. Quelques mois plus tard, soit le 25 septembre 1953, Brown Hopkins décède à Bury. Son fils, et Donald Baldwin se joint à son oncle Allie comme partenaire chez Hopkins Bros. Peu de temps après, M.Dion revend le moulin à Hopkins Bros et la propriété est louée jusqu'au décès d'Alie Hopkins le 14 juin 1959. En 1961, la propriété est vendue à Robert Dupont, mettant fin à une implication de 60 ans dans le domaine de la meunerie par Hopkins Bros. Subséquemment, la propriété est vendue à une succession de propriétaires Louida Payeur, Albert Dionne, Renaud Fortier et finalement à René Jubinville, l'actuel propriétaire.


Sources;
Canada Law Reports, Supreme Court of Canada, 1949, pg viii Dandenault, Rock, L'Histoire de Coaticook (1818- 1976), 1976, p 122, 195, 360,363
Day, CM. History of the Eastern Townships. 1869 pg 441
Gravel, Albert, Histoire de Coaticook, 1925, pgs61-66, 72, 98,187 Hazen, Theodore, PondLily Mill Restorations Hubbard, B.E The History of Stanstead County, Province of Quebec, 1874, pgs 38,57
Les Rapports Judiciaires de Québec, 1947, p 78
Lowel's Business and Professional Directory of the Eastern Townships, 1898, pg 155
Property deeds, Bureau de la publicité des droits de Coaticook Spencer, Martha (Hopkins), December2002 andJanuary2003.

Le Courant

Le Courant est publié par la Société une fois par année. Membres de la société, historiens professionnels et amateurs partagent avec les lecteurs le fruit de leurs recherches. Les textes sont disponibles en français et en anglais. La publication de cette revue est rendue possible grâce au soutien de commanditaires locaux que nous remercions avec toute notre gratitude.


Société d'histoire de Coaticook

34, rue Main Est
Coaticook, Québec
819 849-1023
Courriel : info@societehistoirecoaticook.ca

Heures d'ouverture
Du mardi au vendredi :
10 h à 12 h
14 h à 16 h
ou sur rendez-vous.

Droits d'entrée : Aucuns


Dernière mise à jour :
24 novembre 2016

Bases de données

Vous pouvez désormais effectuer une recherche de photos sur nos bases de données en ligne.

Collections

23 000 photos provenant du Progrès de Coaticook • Collection du Coaticook Observer des années 1928 à 1938.(complet plus autres dates éparses) • Collection de l'Etoile de l'Est de 1928 à 1938 au complet plus autres copies éparses • Journal Le Progrès de Coaticook depuis 1950 • Nombre approximatif d'objets ou de spécimens dans la collection: 23000

Services de recherche

Nous pouvons retrouver des personnes ayant habité le territoire ou trouver l'origine de certaines maisons ou bâtiments • Fonds d'archives • Conservation ou restauration • Centre d'information • Bibliothèque • Autre: recherches de photos par thèmes ou d'articles de journaux • Informations généalogiques

 

Merci à nos partenaires pour leur soutien financier