•  
  • Culture Coaticook
  • Société d'histoire
  • Pavillon des arts
  • Musée Beaulne
  • Harmonie
  • Coatic'Art
  • Bibliothèque
 
Entête

Le Courant

Automne 2015 | 17

Parc de la gorge de Coaticook

HISTOIRE DU PARC DE LA GORGE DE COATICOOK La formation de la gorge est un phénomène qui s’est échelonné sur une très longue période, la dernière période glaciaire remontant à environ 50 000 ans. À cette époque, le glacier du Wisconsin recouvrait la région. En fondant, le glacier a créé le lac préglaciaire de Coaticook. Puis, le lac a fait place à la rivière qui a creusé son lit dans les épaisses couches de roc, il y a de cela 15 000 ans. Au fil des ans, la rivière Coaticook a creusé par l'érosion cette gorge magnifique. D'une profondeur de 50 mètres, elle a été créée de façon tout à fait naturelle. Bien que déjà très impressionnante, la gorge ne cesse de s’approfondir année après année pendant que la rivière Coaticook fraie son cours dans la masse rocheuse. En effet, la rivière s’enfonce d’environ 3 mm (0,1 po) chaque année. Les glissements de terrain le long des pentes ont permis à quelques arbres de prendre racine sur ses flancs. La rivière a tenu tête aux barrages et aux digues de l’homme. Si bien que la nature reprend ce qui lui appartient! La Gorge, ce phénomène naturel est maintenant une entreprise touristique qui attire plus de 225 000 visiteurs annuellement. D’où vient cette idée ? Selon nos recherches, le tout a pris vraiment forme au début des années 70… Certains en parlaient depuis belle lurette mais le conseil municipal de l’époque étudie des projets un peu farfelus dont la construction d’un aéroport, d’un centre de ski alpin mais également celui du développement des gorges de la rivière Coaticook. Il faut cependant patienter en février 1975 avant que les travaux débutent officiellement dont l’aménagement. Un sentier du côté nord en partant des vieux bâtiments sur le rue Michaud jusqu’à l’ancienne Penman’s. Un sentier du côté sud partant de la centrale hydroélectrique, longeant le haut de la falaise jusqu’en face de l’usine Belding-Coeticelli Un escalier descendant jusqu’au fond de la gorge en diagonale de l’usine Belding Des investissements de 325 000$ dont 54 000$ provenaient de la Ville de Coaticook et 271 000$ du gouvernement fédéral. C’est en l’honneur de cette gorge que Coaticook fut nommé la Perle de l’Estrie. C’est en octobre 1976, que les premiers visiteurs, soit la population, sont invités à visiter la gorge. L’objectif est que la population s’approprie la gorge et qu’ils puissent collaborer à son développement. Ce sont plus de 1 200 personnes qui se sont déplacé le 3 ocotbre 1976 pour venir découvrir ce phénomène naturel. Il faudra attendre en 1977 avant que l’exploitation touristique que l’on nomme Parc de la Gorge de Coaticook soit ouvert au public, sa superficie était de 33 acres et en 1978, le Parc accueillait 30 000 visiteurs. Selon certaines études de l’époque, grâce à son pouvoir attractif, le Parc pouvait accueillir jusqu’à 100 000 visiteurs annuellement. Sa mission est de développer, valoriser, maintenir et rendre accessibles le parc et ses infrastructures dans une perspective de protection de l’environnement, d’éducation et de sensibilisation, d’aménagement et de développement durable du territoire. Son mandat est d’assurer et maintenir la qualité environnementale des milieux naturels d'intérêt et contribuer à la préservation de la richesse collective; aménager, entretenir et mettre en valeur ces milieux en respectant leur caractère naturel et assurer leur utilisation dans le respect et l'intégrité des milieux; préserver mettre en valeur le patrimoine bâti; assurer une gestion durable des infrastructures, dans l’intérêt de la communauté et des visiteurs. C’est en 1981. qu’on assista à l’ouverture du « Le Gosier », la naissance d’une salle de théâtre ainsi que l’accueil Michaud que l’on connaît aujourd’hui suite à un investissement d’environ 135 000$. En 1982, le gouvernement provincial octroiya une subvention de 75 000$ afin de poursuivre la construction de passerelle. La prochaine grande étape fut la construction de la passerelle suspendu qui fut inauguré en 1989. Réalisée par l’entreprise locale Couillard Construction, la passerelle suspendue est certes l’attrait le plus spectaculaire du parc. Quant au chantier, il s’est échelonné sur six mois, soit du mois de juillet à décembre 1988. L’inauguration officielle a eu lieu le 29 mai 1989 et ce projet a nécessité des investissements de 628 000$ dont la majeure partie du financement fut octroyé par le gouvernement provincial. Le pont a alors été homologué par la Société des records Guiness comme étant le plus long pont suspendu pour piéton au monde (50 m de haut (164 pieds x 169 mètres de long 554 pi) (En 2006, il a perdu son titre par un pont au Japon) Par la suite, en 1995, on procède à la construction d’une réplique d’une grange ronde qui fait la renommé des Cantons-de-l’Est. Au coût de 800 000$, la grange ronde est maintenant l’endroit où l’on accueille les visiteurs à l’année. On y a par la suite développé des sentiers de randonnées, une passerelle et une 2e tour d’observation. En 1998, on a procédé à la reconstruction du pont couvert qui avait été emporté par une importante cru des eaux. Par la suite, le parc a développé des terrains de camping, des sentiers de vélos, un centre équestre. C’est en 2011, que le Parc investit 350 000$ afin de finaliser la grange ronde qui est maintenant utilisé à son plein potentiel, l’ajoût de 20 terrains 3 services, ainsi qu’un tout nouveau parc à jeu. Le parc se déploie aujourd’hui sur 615 acres de terrain. Il offre une panoplie d’activités, été comme hiver. Ces sentiers pédestres uniques et ces 178 sites de camping en forêts demeurent les activités estivales très populaires. Le centre d’équitation, les pistes de vélo de montagne, la fermette, le jardin floral, et plusieurs autres attraits, attirent des milliers de visiteurs au parc durant l’été. En ce qui a trait aux activités hivernales, la glissade sur tube et la raquette sont les plus populaires. Plusieurs autres activités saisonnières s’ajoutent année après année. Grâce à un investissement de 900 000$, le Parc de la Gorge de Coaticook fait exploser le tout en créant Foresta Lumina qui en moins de 60 soirées d’ouverture accueille plus de 72 000 visiteurs. Ce parcours nocturne de deux kilomètres à travers la forêt où, du jardin des souhaits jusqu'à la berge enchantée en passant par le portail magique, on découvre l'univers fantastique de la Gorge la nuit. Quant au camping, boisé, calme, et enchanteur, le camping du Parc de la Gorge de Coaticook représente l’endroit idéal pour les campeurs qui désirent séjourner dans la région. On y trouve une piscine, des sentiers pour la randonnée pédestre, l'équitation, le vélo, les tours de poney. Avec ou sans services, les terrains ont tous été aménagés avec une table à pique-nique et un endroit pour faire un feu. Deux chaleureux refuges sont à la disposition. Les terrains sont regroupés en cinq sections. Que nous réserve la suite, c’est à suivre …. Source Caroline Sage directrice du Parc de la Gorge et du Parc Découverte nature.

Le Courant

Le Courant est publié par la Société une fois par année. Membres de la société, historiens professionnels et amateurs partagent avec les lecteurs le fruit de leurs recherches. Les textes sont disponibles en français et en anglais. La publication de cette revue est rendue possible grâce au soutien de commanditaires locaux que nous remercions avec toute notre gratitude.


Société d'histoire de Coaticook

34, rue Main Est
Coaticook, Québec
819 849-1023
Courriel : info@societehistoirecoaticook.ca

Heures d'ouverture
Du mardi au vendredi :
10 h à 12 h
14 h à 16 h
ou sur rendez-vous.

Droits d'entrée : Aucuns


Dernière mise à jour :
24 novembre 2016

Bases de données

Vous pouvez désormais effectuer une recherche de photos sur nos bases de données en ligne.

Collections

23 000 photos provenant du Progrès de Coaticook • Collection du Coaticook Observer des années 1928 à 1938.(complet plus autres dates éparses) • Collection de l'Etoile de l'Est de 1928 à 1938 au complet plus autres copies éparses • Journal Le Progrès de Coaticook depuis 1950 • Nombre approximatif d'objets ou de spécimens dans la collection: 23000

Services de recherche

Nous pouvons retrouver des personnes ayant habité le territoire ou trouver l'origine de certaines maisons ou bâtiments • Fonds d'archives • Conservation ou restauration • Centre d'information • Bibliothèque • Autre: recherches de photos par thèmes ou d'articles de journaux • Informations généalogiques

 

Merci à nos partenaires pour leur soutien financier