•  
  • Culture Coaticook
  • Société d'histoire
  • Pavillon des arts
  • Musée Beaulne
  • Harmonie
  • Coatic'Art
  • Bibliothèque
 
Entête

Le Courant

Automne 2010 | 12

Le grand couvent de Coaticook

Sylviane Ferland, Julie Beloin

Le grand couvent de Coaticook

 
Le Grand Couvent, l’École Normale, Le Couvent de la Présentation de Marie, le Collège Rivier sont plusieurs appellations pour cette même institution.  Dans un premier temps je vais vous parler de l’édifice comme tel; un édifice de pierres construit en 1870.  Les pierres proviennent de la carrière Cleveland à Barnston (ressources minières du Quebec). En 1870  on l’appelle Le Grand Couvent, plus tard c’est l’école Normale de Coaticook. On y décerne les brevets (A) et (B).  De toutes ces années  des noms ont laissé leurs marques.  Ces personnes avaient fréquenté le Couvent.  Mlle Jeanne Anctil de 1886 à 1893 était pensionnaire au couvent à Coaticook et plus tard elle ira suivre des cours à Paris durant une année, puis elle se rendra à Fribourg où une nouvelle stagiaire, Antoinette Gérin-Lajoie, la rejoint. A cette époque il n’existe aucune formation pédagogique francophone en économie domestique, le recrutement d’enseignantes s’avère difficile .C’est alors que les fondateurs de l’école ménagère de Montréal sélectionnent Jeanne Anctil, qu’ils envoient faire un stage en Europe pour élargir leurs connaissances en ce domaine.  En 1906 elle revient au Canada avec un diplôme de L’École Ménagère de Fribourg.  En juin de la même année, l’établissement de Montréal obtint sa charte et sa raison sociale, soit les Écoles Ménagères Provinciales. Le Couvent a aussi eu entre ses murs Mlle Suzanne Véronneau  devenue par la suite Mme Suzanne Véronneau Troutman.  Elle est native de Coaticook, son père se nommait Sarto et sa mère Victorine Marcoux.  Elle fit ses études primaires et secondaires au Couvent à Coaticook.  Par la suite elle fut diplômée de l’Université de Montreal en 1957, en ophtalmologie.  Elle a été une des premières femmes à pratiquer la médecine et la première résidente en ophtalmologie à l’Hôpital Maisonneuve - Rosemont. Elle reçut une haute distinction accordée aux diplômés qui  s’illustrent brillamment. Probablement que beaucoup d’autres étudiants(es) se sont démarqués et nous pourrons vous en parler  dans un prochain numéro de Le Courant.  Dans les premières années d’existence du couvent on réussit à réaliser quatre agrandissements soit en 1884, 1897, 1902 et 1907.  Voilà ce qui en fait un édifice à 4 étages de 220 pieds de façade, en belle pierre de taille.  Les 190 élèves inscrites en 1950 se répartissent dans les cours primaires français et anglais, le Cours commercial bilingue et les quatre années du Cours de Lettres-Sciences. A la formation classique s’ajoute la culture artistique : musique instrumentale et vocale, peinture, modelage, callisthénie et art culinaire. Comme l’on veut vous parler des religieuses et du Collège je vous transmets le travail, un peu écourté pour les besoins,  réalisé par Julie Beloin  et qui traite des Sœurs de la Présentation de Marie au couvent de Coaticook. Les religieuses et leur histoire : la mémoire des Sœurs de la Présentation de Marie au Couvent de Coaticook, 1870-1920
Auteur : Sylviane Ferland

Automne 2010

Les Soeurs de la Présentation
Nous étudions la communauté des Sœurs de la Présentation de Marie qui prend la responsabilité d’enseigner aux jeunes filles inscrites au Couvent de Coaticook dès 1870.  Par le biais de cette communauté, nous souhaitons mieux comprendre l’importance d’une œuvre éducative pour les religieuses. Cette histoire, nous la retrouvons principalement dans des documents écrits par les religieuses du Couvent de Coaticook. Elles ont conservé ce que l’on appelle les Annales, qui constitueront notre principale source.  Elles sont  un recueil de faits historiques, choisis par la religieuse à qui l’on a donné la tâche de consigner par écrit les évènements jugés significatifs afin qu’ils servent de matériau à l’édification d’une mémoire et d’une identité commune.  

Une région, un couvent, une communauté 
La localité de Coaticook est entourée de gracieuses collines et de vallons, ce qui en fait un endroit qui émerveillera les religieuses.  Située près de la frontière américaine, la ville comprend toujours une forte présence anglo-protestante. Ceci influence de nombreux aspects de la société à Coaticook, dont l’économie et l’éducation.  Le couvent voit le jour dans la paroisse Saint-Edmond, créée en 1868 suite à l'arrivée de Canadiens français dans la ville. Le premier prêtre de cette paroisse est Jean-Baptiste Chartier. Il s’occupe de la construction d’une chapelle en 1868, année de son arrivée, et elle sera agrandie en 1871. Cependant, l’une des priorités de Monsieur Chartier est de s’occuper de l’instruction des enfants catholiques. Les trois premières religieuses de la Présentation arrivent à Coaticook le 15 septembre 1870. Les Sœurs de la Présentation de Marie sont venues de France et ont pour fondatrice Marie Rivier. Leur tâche principale est l’éducation chrétienne de la jeunesse, spécialement par les écoles, ce qui rejoint les objectifs de Monsieur Chartier. Elles insistent d’ailleurs régulièrement dans leurs écrits sur l’importance de leur mission. Les sœurs font face à de nombreuses difficultés lors des débuts. La situation financière du couvent est très précaire, la faillite du curé, qui avait emprunté pour faire construire le couvent, entraîne sa saisie par le Trust and Loan, duquel les soeurs finiront par le racheter en 1883.  Les citoyens de Coaticook multiplient les initiatives pour assurer l’expansion du couvent. Les religieuses conservent le souvenir qu’elles étaient bien intégrées au milieu dans lequel elles oeuvraient. Les relations étaient parfois compliquées avec la communauté protestante, mais les sœurs ont tenté de leur mieux de s’adapter à ce milieu pluriconfessionnel. De façon générale, une histoire harmonieuse est présentée dans les Annales.


Le développement de l’institution
Les sœurs gardent en mémoire dans leurs écrits qu’elles sont, dès les débuts, convaincues de l’utilité de leur œuvre. Un sentiment de fierté envahit les religieuses lorsqu’elles constatent que leur établissement prend de l’expansion.   Nous notons que le dévouement et le sacrifice sont au cœur de leur discours, car il y avait beaucoup d’obstacles au développement de leur œuvre. 
 
La communauté
Les sœurs de la Présentation accordent une place de premier plan dans leurs écrits à leur patronne, la Vierge Marie. Plusieurs dévotions et activités lui sont consacrées. Les religieuses témoignent aussi d’une histoire identitaire. Ainsi, dans les Annales, elles ont mis au premier plan le récit de fondation de leur communauté. La communauté de la Présentation de Marie aime à se présenter comme une grande famille et les soeurs font amplement usage de métaphores qui évoquent les liens familiaux; elles ont donc accordé dans leurs écrits une place –plus ou moins grande selon le rang et la personnalité — à chacun des membres.  Par le biais des Annales, nous découvrons qu’il existe plusieurs points en commun entre la communauté du couvent et les communautés présentines de France.

Conclusion
Les souvenirs racontés par les religieuses sont nombreux et divers. Les sœurs affirmaient que ça prend de la volonté, les débuts ne furent pas faciles, mais les valeurs de dévouement, de sacrifice et de persévérance auxquelles elles adhéraient leur ont permis de développer leur œuvre. Le sentiment d’appartenance sert également à construire leur mémoire collective : sentiment d’appartenance envers leur établissement, sentiment d’appartenance envers le milieu de Coaticook et sentiment d’appartenance envers leur communauté des Sœurs de la Présentation de Marie. 

Auteur : Julie Beloin
 

Le Courant

Le Courant est publié par la Société une fois par année. Membres de la société, historiens professionnels et amateurs partagent avec les lecteurs le fruit de leurs recherches. Les textes sont disponibles en français et en anglais. La publication de cette revue est rendue possible grâce au soutien de commanditaires locaux que nous remercions avec toute notre gratitude.


Société d'histoire de Coaticook

34, rue Main Est
Coaticook, Québec
819 849-1023
Courriel : info@societehistoirecoaticook.ca

Heures d'ouverture
Du mardi au vendredi :
10 h à 12 h
14 h à 16 h
ou sur rendez-vous.

Droits d'entrée : Aucuns

Bases de données

Vous pouvez désormais effectuer une recherche de photos sur nos bases de données en ligne.

Vous pouvez maintenant également faire des recherches dans nos fonds et collections d'archives par le Portail des archives des Cantons-de-l'Est.

Collections

Journaux et photos du Progrès de Coaticook depuis 1950 • Collection du Coaticook Observer des années 1928 à 1938. • Collection de l'Etoile de l'Est de 1928 à 1938.

Services de recherche

Fonds d'archives • Conservation • Bibliothèque • Recherches en archives • Informations généalogiques

Merci à nos partenaires pour leur soutien financier