•  
  • Culture Coaticook
  • Société d'histoire
  • Pavillon des arts
  • Musée Beaulne
  • Harmonie
  • Coatic'Art
  • Bibliothèque
 
Entête

Le Courant

Automne 2012 | 14

Le Fonds Normand Houle

Titre : Le Fonds Normand Houle (1923-2001) : témoignage d’une vie hors du commun Au cours des années 1980 et 1990, Normand Houle a prêté ou donné des documents et divers artefacts au Musée Beaulne, permettant ainsi de constituer ce qu’on appelle le Fonds Normand Houle. Conformément à la définition du mot «fonds», celui-ci renferme différents types d’objets n’ayant pas forcément de lien typologique ou sémantique direct les uns avec les autres. Un dénominateur commun subsiste toutefois, ces objets sont intimement liés à la vie et à l’œuvre d’une personne, en l’occurrence Normand Houle. Des manuscrits aux toiles en passant par des photographies, des brochures, des revues, des correspondances, des meubles, etc., ils révèlent toute une vie. Malgré l’existence d’écrits sur le sujet, la mine d’informations que renferme le fonds déposé au Musée Beaulne mérite d’être, ne serait-ce que succinctement, partagée à nouveau. Des origines au succès professionnel Normand Houle naît à Coaticook en 1923. Il sert dans l’armée canadienne comme aviateur-chef avant de s’orienter vers les beaux-arts après l’interdiction de voler qui lui est signifiée par les autorités médicales de l’armée. Il poursuit alors ses études à l’École des Beaux-arts de Montréal. En 1945, il réalise une exposition de peinture à l’huile Chez W. Labarre Enrg. à Montréal. En 1947, il franchit une autre étape dans sa formation : «Après avoir complété un cours d’étude en art décoratif à l’école dite ‘Dramatic Workshop of the New School for Social Research’ à New York, Normand Houle, jeune vétéran de Coaticook et Montréal vient d’être admis à l’Institut Chouinard d’Hollywood où il poursuivra des études avancées dans la mise en scène théâtrale et cinématographique» , note le journal l’Étoile de l’Est.

Entre temps, Normand Houle contribue à la réussite d’activités culturelles à Coaticook, notamment à la salle du théâtre Opéra, ou encore dans la cour de l’Académie du Sacré-Cœur, pour ne citer que ces exemples, grâce à ses talents de décorateur. Les connaissances acquises pendant ses études dans de prestigieuses écoles et son expérience de décorateur, alliées à son sens de l’initiative, l’amènent à se faire une place au soleil à Hollywood, la capitale américaine du cinéma. Le journal La Tribune de Sherbrooke du samedi 2 octobre 1976 lui consacre un article intitulé : «Un gars de Coaticook perce à Hollywood». Un vibrant hommage lui est rendu pour ce début de réussite qui s’annonce prometteur. «Il possède le second plus grand studio indépendant pour la réalisation de commerciaux télévisés à Hollywood» . L’intéressé déclare fièrement dans cet article : «Je suis le premier Canadien-français à être propriétaire d’un studio professionnel à Hollywood» . Il en possédera plusieurs quelques années plus tard, même si le plus célèbre est le Design Arts Studios. C’est ainsi qu’à 62 ans, il devient propriétaire de 4 des 21 studios indépendants que compte Hollywood à cette époque, ce qui l’amène à côtoyer de nombreuses vedettes du cinéma. Parlant de Ricardo Montalban, il affirme : «Toutes les célébrités qui sont passées chez moi ont de la classe mais Ricardo Montalban, lui, il est dans une classe à part!» . Le talent artistique et les qualités d’entrepreneur font de lui à la fois un exemple et un objet de curiosité du fait de ses origines. Roch Dandenauld déclare à ce sujet : «Partir de son patelin à 20 ans, étudier l’art cinématographique à New York, se lancer à Hollywood, Californie, dans le domaine du décor de montage pour films, s’acheter un studio dans la capitale du cinéma et décrocher, l’an dernier, le trophée ‘Cléo’ comme le meilleur directeur de films commerciaux des États-Unis, c’est le rigoureux chemin qu’a parcouru Normand Houle, originaire de Coaticook, dans une sphère quasi inaccessible pour un Canadien» . Normand Houle connaît donc une ascension professionnelle et sociale remarquable grâce à ses talents artistiques, à sa clairvoyance et à son opiniâtreté. Loin de se contenter de savourer son succès et de profiter de sa fortune, Il apporte sa pierre à l’édifice des sociétés américaine et canadienne. L’homme engagé Normand Houle ne reste pas cantonné à la production artistique. Il s’engage dans la vie nationale pour contribuer à sa marche. Aux États-Unis, il devient membre de nombreuses organisations et, surtout, adhère au parti républicain dont il soutient les idées et les activités. Il est nommé «Trustee» du parti républicain qui lui décerne plusieurs certificats et distinctions. Une lettre signée de la main du président Ronald Reagan et datant du 4 novembre 1985 lui demande avec insistance de renouveler son soutien au parti républicain. Il est d’ailleurs proche du président Reagan qui enregistre dans son studio son discours d’investiture comme candidat républicain à la présidence des États-Unis. Au niveau du Canada, il s’implique surtout dans son domaine en soutenant Téléfilm Canada, l’Institut national de l’image et du son, la Cinémathèque québécoise, etc. L’entrepreneur et le philanthrope au service de sa communauté d’origine Normand Houle garde le contact avec l’Estrie. Il apporte son appui à diverses structures, dont des organismes de sa localité natale tels que la Société musicale de Coaticook, le Centre hospitalier de Coaticook, etc. Il projette également de construire un complexe récréatif et un studio de cinéma à Baldwin Mills, sur les bords du Lac Lyster. Un autre rêve, un autre défi. Le projet est dès lors mis en œuvre. «Le richissime producteur a donc décidé d’investir une partie de sa fortune ici. Il vient de compléter l’aménagement d’un terrain de golf ‘exécutif’ de neuf trous, en bordure du Lac Lyster. En compagnie de quelques autres investisseurs, il construira des maisons pour l’entourer et mettra sur pieds d’autres infrastructures pour créer un véritable petit paradis» , indique le journal La Nouvelle. Et quand bien même ce projet ne connaît pas le succès et la longévité escomptés, la volonté sans cesse réaffirmée de Normand Houle de participer au développement de sa région d’origine est d’autant plus manifeste que de nombreux autres exemples d’actions peuvent être cités. Le fonds déposé au Musée Beaulne témoigne également de sa générosité et de sa volonté de partage. Ce fonds contient de nombreux documents et objets précieux que Normand Houle a la gentillesse de laisser à la postérité. Hormis les documents personnels comme les correspondances, les certificats, les photographies, les coupures de journaux, etc., on y trouve des artefacts de grande valeur qui constituent une partie de l’exposition permanente du Musée Beaulne. Par exemple, l’harmonium, l’horloge grand-père, le piano, les livres d’art relativement rares aujourd’hui, etc. font la fierté du Musée Beaulne et sont l’objet d’admiration de la part des visiteurs qui y passent. Normand Houle a donc le sens de la collection et comprend l’importance de la sauvegarde du patrimoine culturel. «Normand Houle a accepté de prêter quelques objets antiques au Musée Beaulne de Coaticook» . Mentionne le journal Le Progrès de Coaticook à l’occasion d’une des nombreuses activités de soutien auxquelles il participe. Ses encouragements au Musée Beaulne sont d’ailleurs continuels puisqu’il y fait son tour tous les ans, peu avant l’été. Ainsi, après avoir connu la réussite et les honneurs aux États-Unis et parcouru une bonne partie du monde, Normand Houle est revenu dans sa région d’origine pour y laisser des empreintes inscrites durablement dans l’histoire avec une contribution inestimable au développement du Musée Beaulne. Source : François Thierry Toé

 

Normand Houle

 Le Fonds Norman Houle

Le Courant

Le Courant est publié par la Société une fois par année. Membres de la société, historiens professionnels et amateurs partagent avec les lecteurs le fruit de leurs recherches. Les textes sont disponibles en français et en anglais. La publication de cette revue est rendue possible grâce au soutien de commanditaires locaux que nous remercions avec toute notre gratitude.


Société d'histoire de Coaticook

34, rue Main Est
Coaticook, Québec
819 849-1023
Courriel : info@societehistoirecoaticook.ca

Heures d'ouverture
Du mardi au vendredi :
10 h à 12 h
14 h à 16 h
ou sur rendez-vous.

Droits d'entrée : Aucuns


Dernière mise à jour :
26 mai 2017

Bases de données

Vous pouvez désormais effectuer une recherche de photos sur nos bases de données en ligne.

Vous pouvez maintenant également faire des recherches dans nos fonds et collections d'archives par le Portail des archives des Cantons-de-l'Est.

Collections

Journaux et photos du Progrès de Coaticook depuis 1950 • Collection du Coaticook Observer des années 1928 à 1938. • Collection de l'Etoile de l'Est de 1928 à 1938.

Services de recherche

Fonds d'archives • Conservation • Bibliothèque • Recherches en archives • Informations généalogiques

Merci à nos partenaires pour leur soutien financier