•  
  • Culture Coaticook
  • Société d'histoire
  • Pavillon des arts
  • Musée Beaulne
  • Harmonie
  • Coatic'Art
  • Bibliothèque
 
Entête

Le Courant

Automne 2016 | 18

La municipalité de St-Herménégilde

La municipalité de St-Herménégilde


            
St-Herménégilde


La municipalité de St-Herménégilde est très grande et est d’une superficie de 169 kilomètres carrés. Son économie est maintenue par l’agriculture et la forêt. La municipalité se situe sur deux cantons. Le canton d’East Hereford vers l’est et du canton de Baford donnant vers Coaticook. Le nombre d’habitants qui occupe cette localité est de 692. On y retrouve des résidents permanents et une partie de résidents saisonniers qui viennent retrouver un agréable espace de nature qu’offre St-Herménégilde.

      

St-Herménégilde se formera sou forme d’ilot qui s’ajoute au cours des ans. Les loyaliste venant des États-Unis s’établiront d’abord et formeront une communauté en érigeant une chapelle, une école, un bureau de poste et un cimetière. Ce premier ilot se nomme Perryboro. Un deuxième ilot verra le jour celui de Villette. Un magasin général, un bureau de poste, une boutique de forge et une école s’y retrouveront. Un petit village se formait ainsi avec toutes les commodités nécessaires.
Un autre secteur sera formé par la suite, celui de Hereford. On retrouvait à Herford le Half Way Hotel. Celui-ci appartenait à Mme Viens et il fut détruit par le feu. À Hereford on peut encore voir le cimetière sur le chemin des Côtes ainsi que l’école voisine aujouird’hui transformée en maison. La chapelle du village est toujours en place et se démarque bien par sa toiture orangée et son cimetière voisin. La grande maison non loin de là et appartenant à Raoul Tremblay est aujourd’hui convertie en maison familiale. Autrefois, il s’agissait du magasin général. Certains nous raconte se souvenir qu’à l’intérieur du magasin une démarcation indiquait que l’on se trouvait au Canada ou on se retrouvait en sol américain. Le magasin appartenait à M Raoul Tremblay et celui-ci possédait aussi un moulin à scie sur le chemin des côtes. Un autre moulin à scie se retrouvait sur le chemin Charest. Il appartenait à M Jackson. La popularité des moulins à scie découlait du besoin incessant de bois pour les constructions dans ces municipalités qui se formaient. M. Jackson possédait un deuxième moulin à scie sur le chemin à la sortie du lac Wallace tout près de la frontière. Peu à peu un autre développement ou ilot se forme. Il s’agit de celui de la Slousse. Une vingtaine de famille habitait dans ce coin de terre. Aujourd’hui on ne retrouve plus d’habitants et l’endroit est devenu le paradis des chasseurs.


La belle nature a élu domicile à St-Herménégilde. De nombreuses forêts et quatre lacs parsèment le territoire. Le plus important d’entre eux est le lac Wallace qui se retrouve sur la frontière entre le Canada et les États-Unis. Le Canada possède les deux tiers du lac et les États-Unis le tiers. Nous trouvons aussi le lac Lippé ainsi nommé du nom de l’arpenteur qui a effectué les travaux d’arpentage dans ce territoire. M William Lippé a d’ailleurs habité le village et possédait sa maison au centre de celui-ci. Un autre lac qui se retrouve à St-Herménégilde est le lac Duquette considéré plutôt comme un marais. Cet endroit est maintenant reconnu comme un site ornithologique. Il est très intéressant d’y faire l’observation de plusieurs espèces d’oiseaux. Le dernier lac est celui nommé le lac des Français. Ce lac fut ainsi nommé car dès 1871 deux familles de français de France vinrent s’y établir. Les familles Leblanc et Briquebrule venaient ainsi joindre les rangs des citoyens de St-Herménégilde. Il était facile de reconnaitre leur différence par la disposition des bâtiments qui étaient semblable à celle que l’on retrouvait en France. La grange, la maison et le hangar se joignent et forment une cour intérieure.
La nature nous a laissé une autre beauté celle du mont Hereford. Celui-ci se trouve même à 75 pieds au-delà de la hauteur du mont Orford. M Tillotson à qui appartenait le mont voulait y célébrer son 100e anniversaire. Il voulut y constuire un chemin, le Centennial Road, afin d’aller célébrer son anniversaire sur le haut du mont. M Tillotson était bien en forme physiquement et était alerte. Il désirait fêter son 100e anniversaire de naissance sur la montagne.


Le premier chemin à se rendre et traversé St-Herménégilde était lié au chemin Craig et faisait la liaison entre Compton et Boston. L’autre chemin allant de l’autre côté donnait vers Québec. Le chemin à cette époque est pratiqué à pied ou encore à cheval. On doit la progression du village et des environs au premier colon canadien-français à venir s’établir à St-Herménégilde. C’est donc Jean-Baptiste Gendron qui fut le premier à venir s’installer sur les terres en 1858. Suivirent les familles Gendron, Désaindes, Vaillancourt, Courchênes et Dupont pour nommer les premières familles à s’établir. La première chapelle fut construite en 1869. Auparavant les messes se donnaient à l’intérieur de certaines maisons par des missionnaires venant de Compton. La première chapelle était construite sur l’emplacement où se trouve l’église actuelle. M l’abbé Joseph-Armand Dufrênes fut le premier curé à desservir la paroisse. Le premier bureau de poste pour sa part fut ouvert en 1874 et Mme Évangéline Leblanc se faisait un plaisir d’acheminer votre courrier. Les pierres de l’église, en granit, proviennent d’une carrière utilisée seulement pour cette occasion au mont Hereford. On aurait prélevé les pierres de granit nécessaires à la construction de l’église et par la suite cette carrière fut abandonnée.


C’est en 1903 que St-Herménégilde fut officiellement incorporé en municipalité et le premier maire fut Alfred Lanciaux. En 1915 les religieuses arrivèrent à St-Herménégilde et elles prendront l’école déjà existante. Cette dernière existait depuis 1891. On retrouve aussi une dizaine d’écoles de rang dispersées dans la municipalité. Au tournant du siècle St-Herménégilde comptait sur deux hôtels. La grippe espagnole fit ses ravages vers les années 1918 et on dénombra cette année là 44 décès. Le village détenait une beurrerie, une boulangerie, une coop alimentaire, une station de gaz, un commerce pour les moulées, le magasin général, une écurie et une boutique de forge devenant un garage quand les autos firent leur apparition.
Vu sa situation géographique le marché de contrebande devint assez populaire durant quelques années. Des animaux traversaient le cours d’eau et transportait, sans être au courant, les boissons et cigarettes d’un côté et de l’autre des frontières.


Il faut noter que 40% du territoire de St-Herménégilde se trouve en zone blanche ce qui favorise les terrains de camping bien populaires dans la région. Cette région est donc bien avantagée pour l’agro-tourisme. St-Herménégilde est une belle et grande municipalité qui possède une longue histoire et regorge d’attraits intéressants sont le gage d’un long avenir.


Source : Jean-Marc Dupont et Gérard Duteau

Le Courant

Le Courant est publié par la Société une fois par année. Membres de la société, historiens professionnels et amateurs partagent avec les lecteurs le fruit de leurs recherches. Les textes sont disponibles en français et en anglais. La publication de cette revue est rendue possible grâce au soutien de commanditaires locaux que nous remercions avec toute notre gratitude.


Société d'histoire de Coaticook

34, rue Main Est
Coaticook, Québec
819 849-1023
Courriel : info@societehistoirecoaticook.ca

Heures d'ouverture
Du mardi au vendredi :
10 h à 12 h
14 h à 16 h
ou sur rendez-vous.

Droits d'entrée : Aucuns


Dernière mise à jour :
26 mai 2017

Bases de données

Vous pouvez désormais effectuer une recherche de photos sur nos bases de données en ligne.

Vous pouvez maintenant également faire des recherches dans nos fonds et collections d'archives par le Portail des archives des Cantons-de-l'Est.

Collections

Journaux et photos du Progrès de Coaticook depuis 1950 • Collection du Coaticook Observer des années 1928 à 1938. • Collection de l'Etoile de l'Est de 1928 à 1938.

Services de recherche

Fonds d'archives • Conservation • Bibliothèque • Recherches en archives • Informations généalogiques

Merci à nos partenaires pour leur soutien financier